Préfacé par Jean-François Parot

    
  Articles du même auteur     

"Lorsque j’ai abordé la lecture de sa série, j’ai été frappée par l’impression de véracité qui en émanait. Je me suis donc lancée dans une étude plus approfondie de l’œuvre et j’ai découvert que l’auteur avait entrepris, à la façon de Louis-Sébastien Mercier duquel il s’inspire souvent, un véritable Tableau de Paris. Il reconstitue en effet de façon accessible mais particulièrement détaillée la vie à Paris au XVIIIe siècle : ses archaïsmes et sa modernité, tant sur le plan de l’hygiène que sur celui de la sécurité. Il montre aussi la manière dont les gens du XVIIIe siècle vivaient dans l’intimité. Il donne même souvent la parole aux acteurs anonymes du siècle, au petit peuple, en s’appuyant sur une somme extraordinaire de documents qu’il intègre dans ses récits, sans être suspecté de pédanterie tant la chose est naturelle grâce aux trajets effectués par son héros.

C’est ce qui m’a intéressée. J’ai donc confronté sa version de la vie au XVIIIe siècle à des documents d’époque et à des analyses d’historiens contemporains, afin de montrer que l’on pouvait en même temps conter agréablement et instruire.

Mais l’utilisation du genre policier conduit Jean-François Parot au-delà de cette reconstitution, aussi parfaite soit-elle, car en cumulant le romanesque documenté de l’histoire, l’imaginaire sombre du polar et la dimension morale du roman de vie, son univers romanesque renvoie en miroir à la fois la société du XVIIIe siècle, mais aussi la nôtre. Par les parallèles qu’il induit, il nous invite à repenser notre époque. C’est aussi ce que j’ai tenté de montrer dans ce livre." (Pascale Arizmendi)

Le livre est analysé dans Acta Fabula, juillet 2010 (Volume 11, numéro 7) : voir l'article "Ainsi m’est contée la ville de Paris… le roman policier au service de l’histoire" (http://www.fabula.org/revue/document5807.php).

On peut en lire une autre critique sur Le roman policier historique et Terres d'écrivains, les sites de Christophe Sarrot (http://www.polarhistorique.org/?p=333 et http://www.terresdecrivains.com/Nicolas-Le-Floch-le-tableau-de).

Extraits : préface de Jean-François Parot et introduction de l'ouvrage.

Pour les lire, cliquez sur chaque page, l'une après l'autre.
Revenez à la première page (p. 5) avec la roulette de la souris.