Fil  

Dans la soirée du 6 janvier 177, après une dispute avec sa maîtresse, Nicolas quitte l'hôtel de Julie de Lastérieux, rue de Verneuil. Il se fait bousculer rue de Beaune par des mousquetaires gris, dont le casernement est tout proche.

Ayant décidé d'aller écouter Mlle Raucourt au Théâtre-Français, il traverse le pont Royal et se fait ouvrir la grille du jardin des Tuileries. Celui-ci étant méconnaissable sous la neige, Nicolas se dirige d'abord un peu au hasard, en direction du pont tournant et emprunte le passage de l'Orangerie, avant de trouver – vraisemblablement en retournant sur ses pas – la Salle des Machines de Servandoni : les comédiens du Français s'y produisaient depuis 1770, date à laquelle l'Opéra avait libéré la Salle des Machines, bénéficiant d'une nouvelle salle, plus commode, au Palais-Royal.

Lorsqu'il quitte le Théâtre-Français, Nicolas revient chez sa maîtresse. Il en redescend aussitôt, encore plus désemparé. Il bat longtemps le pavé parisien, s'arrêtant près du pont au Change dans un estaminet pour y noyer son chagrin, avant de rentrer, « après bien des détours », rue Montmartre.

Le lendemain, 7 janvier, Bourdeau et Nicolas ramènent le corps de Julie de Lastérieux au Châtelet.

Fil   Toujours le 7 janvier, Nicolas, suspecté du crime, est confié à Sanson, qui lui offre l'hospitalité dans sa maison de la Nouvelle France (rue d'Enfer).
Fil   Le 8 janvier, il retrouve Bourdeau devant l'hôtel des Menus-Plaisirs. Ils retournent au Châtelet avant de rendre visite à Balbastre, l'organiste de Notre-Dame.

Après avoir été reçu par le roi à Versailles le 9 janvier,
Nicolas quitte la France pour l'Angleterre, jusqu'au 18 janvier.

Fil   Le 25 janvier, il rend visite au doyen des notaires royaux, en face de l'hôtel de Longueville.
Fil   Le 26, sous le Pont-Royal, on procède au repêchage de la cassette de Julie de Lastérieux.
Fil   Nicolas se rend ensuite rue Scipion dans le faubourg Saint-Marcel, pour faire expertiser le testament de Julie par M. Rodollet.
Fil   Le 27, il découvre le corps de M. Le Maine-Giraud dans son logis, rue Saint Julien Le Pauvre, ainsi que la disparition de Maître Tiphaine.

Le 29 janvier, le duc d'Aiguillon ayant ordonné à Sartine de laisser Balbastre tranquille,
le lieutenant général de police somme son commissaire d'abandonner l'enquête.

Du 27 avril au 10 mai, Nicolas assiste à l'agonie de Louis XV, qui est enterré à la sauvette le 12 mai, à Saint-Denis.
Les jours suivants sont consacrés à des visites à l'abbaye de Pont-aux-Dames, où a été exilée Mme du Barry.
Cette fidélité lui vaut d'être attaqué en chemin par Cadilhac. Il est sauvé in extremis par Bourdeau.

Aire   Le 16 mai, les rues autour des thermes de Julien sont bloquées. Bourdeau déguisé en Cadihac y rencontre Camusot, sous la surveillance de Nicolas.