De la mi-mai au 27 mai 1782

 

Préliminaires

Avant le 22 mai 1782, le lecteur est d'abord transporté dans le cabinet de la méridienne à Versailles, où l'on prépare l'accueil qu'il convient de réserver au tsarévitch Paul et à sa suite (cliquez pour voir une photo), puis dans la chambre d'ambre du palais de Catherine II à Tsarskoïe Selo, en Russie (cliquez pour voir trois photos)

Fil 

Nicolas, quant à lui, se rend – toujours avant le 22 mai – dans l'hôtel où Sartine vient d'emménager, rue du Faubourg Saint-Honoré. Il y retrouve Le Noir, venu demander à Sartine comment faire pour sonder les intentions de leurs futurs hôtes russes.
Accès rapide au plan.

Après cette visite à Sartine, Nicolas rejoint le château de Troissereux, au nord de Beauvais (cliquez pour voir deux photos), où le baron de Corberon lui donne des renseignements utiles pour approcher le tsarévitch Paul et sa femme.

De retour à Paris, il réunit ses hommes au Châtelet pour mettre au point un plan susceptible de le rendre indispensable aux yeux de Paul.

Fil 

Le 22 mai 1782, il rejoint le Châtelet, non sans avoir contemplé un moment la Seine. Il y apprend qu'un meurtre a été commis rue de Richelieu, dans l'hôtel de Vauban, un hôtel pour voyageurs qui a réellement existé.

Nicolas et Bourdeau gagnent donc au plus vite le lieu afin de commencer leur enquête. Ils y interrogent en particulier Veyrat, dit La Jeunesse, puis reviennent au Châtelet pour assister à l'ouverture du corps du comte de Rovski.
Accès rapide au plan.

Fil 

L'autopsie faite et commentée, ils repartent en voiture et, par la rue Saint-Denis et la rue aux Ours, parviennent chez Maître Gervais, un maître mercier gantier et parfumeur bien connu de Nicolas et qui a bel et bien existé à l'angle de la rue Saint-Martin et de la rue aux Ours, ainsi que l'attestent des documents du XVIIIe siècle.
Accès rapide au plan.

Fil 

Après cette visite à Maître Gervais, Nicolas et Bourdeau se dirigent vers le tripot de la Tison, indiqué par Veyrat et situé à l'angle des rues Saint-Honoré et de la Sourdière.
Accès rapide au plan.

Fil 

Nicolas raccompagne ensuite Bourdeau chez lui, dans le quartier Saint-Marcel, puis revient chez M. de Noblecourt, où il soupe en compagnie de Louis, La Borde, Semacgus et M. d'Arranet.
Accès rapide au plan.

Fil 

Le 23 mai, un pli l'attend à son réveil, porté par Bourdeau : Le Noir le convoque à l'hôtel de police pour y rencontrer Benjamin Franklin. Il se rend donc sans tarder rue des Capucines. Après quoi, il gagne le Châtelet. Y ayant pris Bourdeau au passage, il rejoint ensuite le carrefour des rues de la Verrerie et Bar-du-Bec (soit le sud de l'actuelle rue du Temple). Là, ils interrogent le Sieur Harmand, perruquier de S.A.R. Monseigneur le duc d’Orléans, sur son fils Richard.

Ayant repris leur fiacre, ils vont interroger la Paulet. Au sortir du Dauphin couronné, l'heure étant tardive, ils décident d'aller manger chez la mère Morel et d'y faire le point sur l'enquête en cours.
Accès rapide au plan.

Rien à signaler le 24 mai.

Fil  

Le 25 mai au matin, Nicolas se rend avec Louis chez Maître Vachon. Au retour, il se fait déposer au Châtelet. Il rejoint l'hôtel de M. de Noblecourt au moment où celui-ci s'apprête à souper.
Accès rapide au plan.

Le dimanche 26 mai, après avoir assisté à l'office dans l'église Saint-Eustache et avoir dîné avec M. de Noblecourt, Nicolas et son fils se rendent à cheval chez le duc de Croÿ, qui possède une résidence à Ivry, laquelle est aujourd'hui complètement détruite.

Fil  

Le 27 mai, Nicolas s'arrête place Vendôme afin de parler à M. Böehmer, joailler de la reine, avant de rejoindre l'hôtel de police tout proche. Là, il fait le point avec Le Noir et Bourdeau, et, après un rapide repas, rejoint par les quais le Théâtre français car une représentation y est donnée en l'honneur des hôtes russes. Le Théâtre français, édifié sur l'emplacement de l'ancien Hôtel de Condé, prendra son nom actuel, l'Odéon, en 1796.

Pendant la représentation, on lui fait passer un billet de Le Noir lui enjoignant de revenir à l'hôtel de police. Il y trouve l'ambassadeur de Russie, Bariatinski : celui-ci avertit Le Noir qu'un vol a été commis au sein de l'ambassade russe – c'est-à-dire l'Hôtel de Lévi, où logent le tsarévitch et sa femme.

Accès rapide au plan.